L’assassinat de Mario Bachand

Les détails sur la mort de Mario Bachand m’ont été fournis par l’auteur.
Voici le contenu de sa lettre.

e  29 mars 1971 à midi, un couple québécois rend visite à Mario Bachand à l’appartement de son ami, Pierre Barral, 46 rue Eugène-Lumeau, Saint-Ouen, en banlieue parisienne, en invoquant son aide. Bachand, Barral, son amie Françoise, et le couple en question vont déjeuner ensemble. Après déjeuner, Barral et Françoise partent pour la fac (1). Barral rentre vers 18 heures et trouve la dépouille de Bachand, tué par deux balles de calibre 22 dans la tête. Le lendemain le Journal de Montréal rapporte que Bachand a été assassiné par le FLQ (2).

Après une recherche longue et difficile, j’ai trouvé des faits fort différents. Les deux assassins de Bachand sont Normand Roy et Denyse Leduc, ce que reconnaît sans ambages la Brigade criminelle de Paris. À l’époque Roy était membre de la DEFLQ (3) à Alger avec Michel Lambert et Raymond Villeneuve. Denyse Leduc, la petite amie de Roy, résidait en Suisse. En effet, Roy et Leduc ont déjà œuvré comme espions pour le compte de la GRC (4) ; le DEFLQ était une formation de la GRC et de la CIA (5) pour infiltrer les mouvements révolutionnaires du Moyen-Orient et le FLQ.

L’opération « Whitelaw » visant l’assassinat de Bachand avait été planifiée par Jean-Pierre Goyer le 4 février 1971 avec l’assistance de la CIA, le SIS (6), le MI5 (7) et le SDECE (8) depuis le 3 février 1971. Le 24 et le 26 mars 1971, à la demande du premier ministre Pierre Elliott Trudeau, Jean-Pierre Goyer, et le solliciteur général du Canada, la GRC reçoit le mandat de « neutraliser » Bachand.

J’ai aussi appris plus récemment que le Brigade criminelle a formellement établi la preuve de culabilité de Normand Roy et Denyse Leduc comme assassins de Mario Bachand et détient à cet effet un mandat d’arrestation, mais n’a pas procédé aux arrestations àcause des pressions exercées par la GRC et le SDECE.

De toute évidence, l’affaire Bachand nous montre à quel point on a besoin de beaucoup plus de recherche sur le FLQ.

Michael McLoughlin.


McLoughlin, Michael. Last Stop, Paris : the assassination of Mario Bachand and the death of the FLQ. Viking : Toronto, 1998.


Notes (abréviations) :

(1) fac : faculté (université), plus particulièrement ici l’Université de Paris à Saint-Denis.
(2) FLQ : Front de libération du Québec.
(3) DEFLQ : Délégation extérieure du Front de libération du Québec.
(4) GRC : Gendarmerie royale du Canada.
(5) CIA : Central Intelligence Agency, Agence américaine de renseignements.
(6) SIS : Security Intelligence Service, Service de renseignements britanniques.
(7) MI5 : Military Intelligence, section five, ancien service de renseignements et de contre-espionnage du gouvernement britannique.
(8) SDECE : Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (aujourdhui, DGSE, Direction générale de la sécurité extérieure)


ChronologieSourcesCourrierIndexIndexIndex Géo

Dernière mise à jour : 29 décembre 1999, 16h46